Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Respect des droits humains en période électorale

Le Bénin à l’honneur pour le renforcement mutuel et le partage d’expériences des INDH de l’espace francophone.

La #CBDH reçoit pour deux jours six Institutions Nationales des Droits de l’Homme #indh de l’espace francophone pour un atelier d’échanges et de renforcement mutuel sur le suivi du respect des droits de l’Homme par les INDH en période électorale.

Il s’agit des INDH de la Côte d’Ivoire, du Mali, du Sénégal conduites chacune par leur Président, du Burkina et du Togo conduites par leur vice présidente et de la République Démocratique du Congo. Ces assises lancées par le Secrétaire général du ministère des Affaires étrangères et de la coopération du Bénin, l’ambassadeur Hervé Djokpe se tiennent depuis ce matin, jeudi 18 novembre 2021 à l’hôtel Bénin Royal de Cotonou avec l’appui technique et financier de l’Organisation internationale de la francophonie #francophonie , de l’Agence française de développement #AfD et de l’Association francophone des commissions nationales des droits de l’Homme #afcndh.

Dans son mot de bienvenue, Isidore Clément Capo-Chichi, président de la CBDH a remercié tous les participants et exprimé toute la gratitude de la Commission aux partenaires présents. Tout en rappelant les recommandations de l’atelier d’Abidjan pour justifier le bien-fondé de cette rencontre, Isidore Clément Capo-Chichi a précisé le rôle clé que doivent jouer les INDH dans les périodes électorales en tant que mécanismes nationaux non juridictionnels et juridictionnels de protection des droits de la personne humaine. Il a souhaité par la suite que les échanges soient fructueux et que le partage d’expérience puisse permettre aux INDH de mieux préparer les prochaines élections dans leur pays respectif car, les INDH peuvent prévenir les tensions par la sensibilisation aux droits de l’Homme.

Pour la représentante de l’OIF #francophonie , Delphine Matsumoto-Couveinhes, les élections sont des moments sensibles susceptibles d’entrainer des tensions. Cela peut engendrer dans certaines circonstances des restrictions, des atteintes voire des violations des droits de l’Homme. En insistant sur le rôle des INDH dans une période électorale, elle a signalé que l’OIF vient en appui aux INDH et a donc jugé fondamental de les mobiliser pour qu’elles jouent un rôle d’observation mais aussi de conseil des institutions nationale et de prévention des tensions et des violations des droits de l’Homme. Elle rappelle que les INDH n’ont pas vocation à se substituer à l’action des organes de gestion des élections. Néanmoins, elles peuvent encourager la participation des groupes spécifiques.

Prenant la parole à son tour, Michel Forst, secrétaire général de l’AFCNDH et ancien rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des défenseurs des droits de l’Homme a précisé que le Guide pratique des Institutions Nationales des Droits de l’Homme et processus électoraux conçu par l’Association francophone des commissions nationales des droits de l’Homme, avec l’appui de la Direction «Affaires politiques et gouvernance démocratique» de l’Organisation internationale de la Francophonie et de l’Agence française du développement ainsi que la contribution du Haut-Commissariat aux droits de l’Homme des Nations-Unies se veut être un outil pratique et utile qui permet aux INDH francophones d’assimiler et de s’approprier le cadre normatif et intentionnel, les techniques et les bonnes pratiques de promotion et de protection des droits de l’Homme au cours des processus démocratiques notamment en période électorale.

Renforcer les capacités des représentants des INDH

L’atelier de Cotonou, selon la présidente du réseau de l’AFCNDH Namizata Sangaré, a pour objectif de renforcer le partage d’expériences entre pairs sur les techniques de suivi du respect des droits de l’Homme par les INDH en période électorale. Plus spécifiquement, les discussions en atelier vont permettre de sensibiliser et renforcer les représentants d’INDH sur les enjeux des droits de l’Homme en période électorale.

Ces assises qui prendront fin demain vendredi 19 novembre 2021, vont également permettre de sensibiliser sur la participation des femmes et des personnes déplacées internes aux processus électoraux et sur l’élaboration d’un rapport analytique, sur la communication en période électorale avec un accent particulier sur la désinformation. Ce serait enfin le lieu pour les INDH présentes d’élaborer une feuille de route sur les actions à mener pour un meilleur monitoring des droits de l’Homme au cours de leurs prochaines échéances électorales.

CellCom CBDH

Galerie Photos

Leave a comment

Copyright CBDH © 2021. Tous droits réservés.

Langue