Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

La CBDH au Centre de Promotion Social d’Abomey

Comprendre les CPS pour mieux les accompagner

Le jeudi 30 décembre 2021 a eu lieu dans les locaux du Centre de Promotion Social d’Abomey, une importante rencontre entre la Responsable du Centre et les membres du Bureau Exécutif de la CBDH. Il s’agissait pour la CBDH de s’informer de la mission du CPS envers les populations, mais également de s’enquérir des conditions de travail au niveau du Centre et de voir dans quelles mesures la CBDH pourrait conduire un plaidoyer en faveur des Centres de Promotion Sociale pour une meilleure prise en charge des populations.

Conduite par la Vice-Présidente de la Commission Béninoise des Droits de l’Homme, Madame Sidikatou ADAMON HOUEDETE, accompagnée des commissaires Serge PRINCE AGBODJAN, Rapporteur Général de la Commission, Christophe HOUESSIONON, Trésorier Général et Emérico ADJOVI, Trésorier Général Adjoint, la délégation de la CBDH a été accueillie par la Directrice du CPS d’Abomey, Madame FASSINOU.

Après le mot de bienvenu et les présentations d’usage, la Responsable du CPS s’est prêtée aux questions des émissaires de la CBDH pour leur permettre de mieux connaitre son Institution.

Suite à un état des lieux exposé aux commissaires, Mme FASSINOU a exprimé les nombreuses difficultés auxquelles son institution est confrontée : Pour ce qui concerne les enfants abandonnés et enfants de rue, le Centre fait face à la démission des parents, la difficile intégration des enfants, la difficulté de gérer les enfants victimes de la traite et d’abus sexuel, la difficulté de gérer les filles mineures porteuses de grossesse, la prolifération des mariages précoces avec leurs corollaires.

Le Centre connait également des difficultés liées à l’insuffisance de ressources financières. « …nous n’arrivons pas à couvrir tout Abomey parce que les arrondissements sont très distants les uns des autres… ». La Responsable du CPS a également évoqué les difficultés liées au fonctionnement du Centre, à l’insuffisance de personnel et de moyens de déplacement. Il n’existe pas de psychologue dans le Centre et les bâtiments sont vétustes et cambriolages ne sont pas rares.

Après une écoute attentive de la situation du Centre exposée par sa Responsable, les commissaires de la CBDH se sont dits suffisamment informés en vue de conduire un plaidoyer en direction des autorités administratives et autres partenaires techniques et financiers.

Les deux institutions ont réaffirmé leur volonté de renforcer leur coopération dans le domaine de la lutte contre les violations des droits de l’Homme.

La séance d’échanges a pris fin dans une ambiance très conviviale. La Responsable du Centre a fait part de sa gratitude à l’endroit de la CBDH en saluant la démarche adoptée. La Vice-Présidente de la Commission quant à elle,  manifesté son entière satisfaction et a  promis que les doléances seront portées à qui de droit à travers un plaidoyer en faveur des Centres de Promotion Sociale.

CellCom/CBDH

Copyright CBDH © 2022. Tous droits réservés.

Langue