Droits de l’Homme au Bénin

Talon reçoit le premier rapport de la Cbdh

Le président de la République, Patrice Talon, a reçu, ce mardi 6 octobre, des mains du président de la  Commission Béninoise des Droits de l’Homme (CBDH), le premier rapport annuel sur l’état des droits de l’homme dans le pays. Occasion pour le chef de l’Etat de réitérer le soutien du gouvernement à la Commission.

La transmission du premier rapport sur l’état des droits de l’homme en république du Bénin, au président de la République, a été faite en application des dispositions de la Loi N° 2012-36 portant création de la Commission Béninoise des Droits de l’Homme (CBDH) en son article 16 – alinéa 2. C’est au cours d’une cérémonie solennelle qui s’est déroulée ce mardi 6 octobre 2020 au Palais de la Marina en présence du Garde des Sceaux, ministre de la Justice et de la Législation, Sévérin Maxime QUENUM, du Ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique, Sacca LAFIA, et des commissaires de la CBDH.

Dans une présentation synthétique du contenu du rapport, le Président de la Commission, Isidore Clément CAPO-CHICHI, a félicité le gouvernement pour les progrès significatifs réalisés dans la protection et l’amélioration du respect des droits de l’homme, en général, et ceux de catégories spécifiques comme les couches vulnérables, en particulier.

Isidore Clément CAPO-CHICHI a également mis en exergue l’engagement du Président TALON pour le droit au développement et à la paix. Il fait tout de même constater que certaines violations subsistent et encouragent le gouvernement à poursuivre les efforts en vue du respect de la protection de la mise en œuvre des droits à savoir : les droits civils et politiques, les droits économiques, sociaux et culturels, et autres droits catégoriels. Pour le Président de la CBDH, ce rapport s’apparente à un outil d’aide à la démocratie.

Dans son intervention, le Président de la Commission a également mis un accent particulier sur les dispositions prises par son équipe pour faire passer, dans les prochains mois, le Bénin au statut le plus élevé, le statut A, sous l’égide du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme afin de pouvoir siéger au sein des mécanismes régionaux et internationaux de protection des droits de l’Homme.

Par ailleurs, tout en témoignant au Président de la République la gratitude des membres de la Commission, Monsieur Isidore Clément CAPO-CHICHI a fait part de quelques doléances à l’endroit de Patrice TALON, celles-ci devant contribuer à un bon fonctionnement et un meilleur rendement de son Institution.

Le gouvernement s’engage à tenir compte des recommandations du rapport

Prenant la parole, le chef de l’Etat a dit tout son enthousiasme et sa joie de recevoir ce rapport qui est « aussi le premier test de crédibilité de la CBDH, dans sa capacité à observer et reporter sans la moindre influence, la pratique des droits humains » au Bénin.

En outre, Patrice Talon rappelle, entre autres, le rôle actuel du gouvernement qui est ” d’assurer dans l’égalité, le respect de la loi et de l’autorité de l’Etat “. ” C’est dire que l’Etat ne saurait se complaire dans le laxisme mais bien au contraire, il doit réprimer à bon escient ceux qui mettent à mal l’Etat de droit et les principes démocratiques, qu’ils soient en civil ou en uniforme. A cet effet, mon engagement reste constant. Il n’y a donc aucune volonté du gouvernement de violer, de contrarier, d’entraver les droits de l’homme ni de protéger ceux qui les violent “, a martelé le président de la République.

De même, il souligne que si la commission, consciente de la nécessité de maintenir le Bénin dans le concert des nations démocratiques, s’attèle à jouer son rôle de veille citoyenne et d’éveilleuse des consciences, elle peut être assurée du soutien et de l’accompagnement nécessaire, constants et sans cesse renforcés du gouvernement. Patrice Talon rassure également les membres de la CBDH que le gouvernement se penchera sur les recommandations pertinentes du rapport et mettra en œuvre les actions idoines afin de ne pas rendre vains les efforts qu’ils ont consentis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *